La sirène de la mythologie grecque

S’il y a une créature fascinante dans notre bestiaire fantastique, c’est bien la sirène. Mais il faut savoir qu’il en existe plusieurs types. Ici, nous parlerons de la sirène de la mythologie grecque, une version moins connue de la créature. Une sirène restant une sirène, son chant est capable de charmer tout homme à sa portée.

Issue de la mythologie grecque, la sirène grecque est moins populaire et donc bien différente de celles que l’on a l’habitude de croiser dans bon nombre de médias. Malgré tout, elle est magnifique et ses ailes la rendent encore plus majestueuse. Mais cette beauté extérieure cache un monstre à l’intérieur usant de sa mélodie pour arriver à ses fins…

Origines de la sirène de la mythologie grecque

Selon Ovide, elles étaient filles du dieu fleuve Achéloos. Mais d’autres disent qu’elles seraient les enfants de Phorcys, une divinité marine primordiale et de l’une des Muses, Calliope. Elles étaient au nombre de deux, trois ou quatre. Homère les nommait Héméropé et Thelxiopé. Mais d’autres leurs donnaient les noms de Leucosia, Ligia et Parthénopé ou Thelxiépia, Aglaopé, Pisioé et Molpé.

Avant de devenir des sirènes, elles auraient été des nymphes et jeunes filles ordinaires. C’est suite à l’enlèvement par Hadès de perséphone avec qui elles étaient amies qu’elles auraient acquis leurs ailes afin de la rechercher, toujours selon Ovide. Géographiquement, Elles se situaient entre Aea, l’île de la sorcière Circé et le détroit de messine, là où erraient charybde et scylla.

Ulysse et le chant des sirènes
John William Waterhouse – Ulysse and the Sirens (1891)

Ulysse et le chant des sirènes

S’il y a un récit mythique de la mythologie grecque concernant les sirènes, c’est bien celui qui narre leur rencontre avec Ulysse et son équipage. Au travers de l’Odyssée d’Homère, le héros croisera de nombreux périples au cours de son retour de Troie vers Ithaque, son foyer où sa femme Pénélope et son fils Télémaque l’attendent. 

Les sirènes seront l’un de ces périples, mais suivant méticuleusement les conseils de Circé, Ulysse demandera à son équipage de se boucher les oreilles avec de la cire. Quant à lui, il se fera solidement attacher au mât de son navire. Ainsi, il put entendre le chant mélodieux des sirènes sans y succomber.

D’autres héros croisèrent les sirènes. Il s’agit des argonautes, un équipage mené par Jason et composé de valeureux héros tels qu’Héraclès et Orphée. C’est d’ailleurs grâce à ce dernier qu’ils ne seront pas charmés par le chant mortel des sirènes. Orphée était un grand chanteur. Sa voix magnifique prit alors le dessus et éclipsa totalement les chants des sirènes.

L’apparence de la sirène de la mythologie grecque

L’apparence de la sirène de la mythologie grecque se caractérise donc par l’Alliance d’un corps de femme à celui d’un oiseau, un peu comme les harpies, autres monstres voraces de la mythologie grecque.

En parcourant l’internet et quelques livres de mythologie, ce que l’on peut dire de la sirène grecque, c’est qu’elle serait représentée de deux façons. C’est toujours un peu compliqué avec la mythologie…

Elle aurait soit l’apparence entière d’un oiseau à l’exception de la tête qui serait celle d’une ravissante femme, soit celle d’une belle femme pour le haut du corps et celle d’un oiseau pour le bas et les ailes. La sirène serait une musicienne émérite et se servirait de ses chants pour charmer et attirer à elle les marins. Elle jouait aussi de la flûte ou de la lyre.

« Siren » et « Mermaid », deux mots anglais pour nommer une sirène ? Pas tout à fait…

Et oui, chacun a un sens précis et cela est très intéressant. Le premier « Siren » désigne la sirène de la mythologie grecque (femme et oiseau à la fois). Le second, « Mermaid » désigne la sirène nordique (mi femme mi poisson). En anglais, on a donc un mot pour chacun des deux types de sirènes, ce qui permet plus facilement de faire la distinction.

Dragon cupide ou chevelure reptilienne ensuite ?

Les sirènes sont réellement fascinantes tout comme La terrible Méduse et sa chevelure de serpents, monstre capable de changer quiconque en pierre d’un simple regard. Dans un autre registre, et une autre mythologie, l’on trouve Fáfnir, un dragon prêt de son trésor. Malheureusement pour lui, il croisera la route du courageux Sigurd… 

Sources

Cosmovisions.com

Wikipedia

L’odyssée – Homère

Les métamorphoses – Ovide

L’univers de la mythologie grecque – Gründ

Author: Reym

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.