L’animation du roi statufié par les Gorgons

Cette histoire est particulière. Oui, elle est particulière puisqu’elle touche à quelque chose que j’apprécie beaucoup : la mythologie. De toutes les Histoires imaginaires que j’ai écrit, elle me tient alors beaucoup à cœur. Mais je ne vous dirais rien si ce n’est que les Gorgons y sont pour quelque chose… Enfin, je vous invite à la lire pour découvrir l’imprégnation mythologique que je lui ai insufflé.

Un roi statufié, une princesse et des Gorgons.

Avec stupeur, elle le découvrit, là, au centre de la cour, statufié. Sa servante la suivait et ne cessait de lui dire combien elle était désolée, même si elle n’y pouvait rien. Mais il fallait partir, elles ne pouvaient rester là, les Gorgons allaient peut être revenir. La princesse était incroyablement belle, ses longs cheveux bruns arboraient des reflets légèrement argentés, son visage semblait éternellement jeune et ne comptait pas le moindre grain de beauté. Il était parfaitement symétrique et comptait deux yeux couleur améthyste. Quant aux larmes qui coulaient le long de ses joues, elles n’entachaient en rien sa beauté. Au contraire, cette tristesse inqualifiable ajoutait à son visage une sensibilité et une pureté qui dévoilait une innocence unique. Elle était non seulement dotée d’une beauté physique mais également d’un cœur et d’une respectueuse beauté intérieure. 

— Maintenant, il faut y aller ! s’écria la suivante

Le roi était statufié sur sa monture, prostré comme cela, en position défensive, quelle tristesse, il avait sûrement été assailli de plusieurs côtés et n’avait sans doute pas vu le coup venir.

Dans un élan incompréhensible, la princesse s’élança et sauta sur le cheval de pierre pour s’asseoir derrière son roi. En se serrant contre lui, elle pouvait encore sentir une partie de sa chaleur corporelle qui était en train de s’évanouir. Elle ferma les yeux, pensant une dernière fois à leurs jours heureux puis laissa s’échapper une dernière larme.

Les gorgons et L'animation du roi statue
Aposiopesis by Janna Sophia

Et le maléfice des Gorgons s’estompa

Celle-ci tomba lentement sur la monture du roi et le gris froid et triste de la statue commença à laisser place au brun clair et éclatant du poil du cheval. C’était magique, l’animal était en train de reprendre vie. Elle passa une main sur son visage et laissa s’envoler quelques larmes qui allèrent s’écraser à différents points de la statue. En chacun de ses points, la couleur revenait progressivement. La couleur s’émancipait, et au fur et à mesure les points de couleur finirent par se rejoindre pour définitivement faire disparaître le gris de la statue.

Le roi reprit vie, la princesse n’en croyait pas ses yeux. La tristesse disparut de son visage et elle sauta dans ses bras. 

— Père ! Je croyais vous avoir perdu à jamais, s’écria t-elle.

Il mit un peu de temps à reprendre ses esprits. Un fois remis, il s’adressa à elle, l’air quelque peu hésitant et assez ennuyé.

— Ma fille, je dois t’avouer quelque chose.

— Oui, père ? lança-t-elle interrogé.

— Ce qui m’a sauvé aujourd’hui, c’est ta nature…

— Ma nature ? le coupa t-elle

— Oui, tu es une Pégasienne, tu as le don de chair sur les statufiés.

— Je vois, s’étonna t-elle. Malgré tout, je vous aime toujours père, s’exclama-t-elle.

Le roi laissa paraître un timide sourire en coin. Maintenant réunis, ils s’attelèrent à remettre le palais en état. La jeune princesse se lança dans un apprentissage assidu de son don pour être prête quand les terribles Gorgons reviendraient.

Une histoire pseudo-mythologique qui mériterait une suite ?

N’aimeriez vous pas découvrir ce monde ou s’affrontent des Gorgons et des Pégasiens ? Cela pourrait être très intéressant, suivez bien le site, on ne sait jamais à quoi s’attendre… Enfin, empreint également de mythologie, je vous propose de lire L’attaque de Dragassia qui narre un combat entre une créature marine gigantesque et des tritons et sirènes. Sinon, dans un registre léger, je vous invite à la méditation en lisant Se recentrer avec la nature, une histoire courte dépaysante.

Author: Reym

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.