L’étrange maison à pattes de poule de Baba Yaga

Baba Yaga est une terrible sorcière, bien connue pour son appétit de petits enfants dans de nombreux contes. Mais on parle aussi de sa cabane, une étrange maison à pattes de poule … 

Si j’ai choisi de classer l’histoire de l’isba de cette sorcière dévoreuse de bambins parmi les histoires imaginaires, c’est simplement parce qu’elle comporte bon nombres d’éléments inventés… Oui, c’est une histoire originale, mais cela n’en fait pas moins une fantastique histoire qui vous dévoilera quelques-uns des secrets de la cabane de baba yaga dont elle s’inspire.

Baba Yaga’s house by Valonia-Feline

Au fin fond d’une forêt, une maison à pattes de poules…

Il était une fois, dans une forêt très très dense, une bien étrange maison. Dans cette contrée, les gens appelait aussi ce type d’habitation une isba.

Pour la trouver, il fallait faire un long chemin. La marche était bien longue avant qu’une forêt veuille bien se dessiner à l’horizon. Mais le périple était loin d’être terminé. Il fallait maintenant traverser cette curieuse forêt dotée d’une végétation impressionnante. De temps à autre, un orage frappait. Ce qui était curieux, c’est que la pluie ne tombait qu’en un seul endroit de la forêt. Le sol semblait avoir essuyé un coup de balai par endroit et des cris stridents résonnaient. S’il n’y avait que ça, l’avancée pourrait être rapide. Mais les arbres avaient décidé de se serrer les uns aux autres, peut-être pour empêcher des étrangers de pénétrer plus profondément au cœur de cette forêt.

Il était bien difficile de s’y faufiler. Mais lorsque l’on est petit et maigre, c’est quand même un petit peu plus simple. Au bout d’un moment, de nombreux pas et quelques épines enfoncées dans l’épiderme, une clairière se révèle. Ici, ce qui est aussi étrange, c’est la nuit éternelle dans laquelle est plongée la forêt. Le jour ne vient jamais, comme s’il s’agissait d’un territoire de ténèbres. Enfin, dans l’obscurité ambiante, une étrange silhouette se dessine au centre de la clairière. Serait-ce la maison à pattes de poule de la sorcière ? 

Dans la pénombre devant mes yeux, l’étrange maison à pattes de poule

Un coup de tonnerre frappe au loin, je décide alors de m’approcher. Mes yeux s’écarquillent devant ma découverte. C’est donc vrai ? Elle est là, juste devant moi, juchée sur deux hautes pattes de poulets. C’est étrange, un peu effrayant, mais je pousse tout de même le portail fait de ce qui semble être des os humains. En regardant la clotûre, je constate que des crânes surmontent les barrières osseuses. Leurs yeux brillent, renforçant une atmosphère inquiétante à cette obscurité. Mais je me suis promis de ne pas avoir peur. Je continue et m’arrête devant cette immense maison à pattes de poules faites de rondins de bois. 

L’isba de la sorcière est trop haute pour que j’y monte, aucune échelle dans les parages, et puis de tout façon, je ne vois ni fenêtres, ni portes d’où je suis. Je me décide alors à sortir un papier de ma poche, en ayant toujours du mal à comprendre ce qu’il m’arrive. Cela paraît tellement irréel. J’ai l’impression d’être dans un autre monde. Mes yeux descendent sur le bout de papier, quelques mots y sont griffonnés, la vieille avait peut-être la mémoire vacillante. D’une voix forte, je me décide à lire ce qui y est écrit : “chère maisonnette, place toi le dos à la forêt, face à moi. Je veux entrer et un peu de pain à manger ! ”   

Environment- Baba Yaga’s House, C Fretel

Danse, danse, Isba aux pattes de poulet !

Ce qu’il se passa ensuite fût surprenant. Les pattes de poulets se mirent en action, et dans un certain fracas, l’isba tourna et les pattes se plièrent pour que la maison me soit accessible. Une porte et des fenêtres apparurent. Tout en m’approchant de la porte, je fouillais dans ma poche. Je sort une clé, celle-ci était avec le bout de papier quand je l’ai récupérée. J’espère que la vieille la cherche encore là où elle croit l’avoir perdue.

Un autre coup de tonnerre frappe, plus proche cette fois-ci, il faut que je me dépêche. Je présente la clé devant la serrure de la porte, celle-ci s’ouvre, présentant plusieurs rangées de dents pointues et acérées. Aussitôt après, elle m’arrache la clé des mains et l’avale goulument. La porte s’ouvre dans la foulée. 

Alors que l’orage gronde et qu’un éclair s’abat dans la clairière, je me précipite au fond de la petite maison. Des pas se font entendre et quelqu’un frappe à la porte. Je suis terrorisé, mais il faut que je reprenne mes esprits. Je ressors le bout de papier et demande à la maisonnette de se placer face à la forêt. 

Et la maison à pattes de poule m’emmena dans un autre monde…

La maison se mit à tourner. Tout tremblait à l’intérieur. La vaisselle tombait et des pots se brisaient en tombant. Tout cela créait un fracas assourdissant. La maison continuait à tourner et tourner encore sans s’arrêter. L’on recommençait à frapper à la porte puis aussi vite, plus rien et la porte s’ouvrit. Il valait mieux pour moi que ça ait marché. Je vis quelque chose bouger par l’embrasure de la porte.

Intrigué, tout en étant quelque peu apeuré, je m’approcha doucement de la porte. C’est juste à ce moment qu’un bout de bois se planta juste devant moi à la verticale et tomba aussi vite au sol. Ce n’était qu’une branche qui venait de se casser. Sentant le danger écarté, je sortis. 

Le ciel était différent, plus ténébreux que la nuit d’où je venais et sa tonalité écarlate loin d’être rassurante. L’air, l’atmosphère avaient aussi changé, ils étaient plus lourds, plus embrumés. D’étranges structures apparaissaient au loin, au travers de la brume omniprésente. J’avais réussi, j’avais atteint le monde des morts. Berner l’affreuse sorcière n’avait pas été une partie de plaisir. Ce qui m’attendait ne le serait pas non plus. Il ne me restait plus qu’à me mettre à sa recherche maintenant…

Baba yaga, Elli Lebedeva

L’isba de la sorcière est une bien étrange maison

Il faut bien faire attention aux maisons isolées, que ce soit au fond des bois ou ailleurs… J’espère que cette petite histoire vous aura plu. Hormis Baba Yaga, d’autres sorcières se cachent parmi mes histoires fantastiques. Ainsi, vous pouvez découvrir le périple et la montée en puissance d’une invocatrice en lisant Le livre de l’invocation et la sorcière. Dans un registre assez proche, La vengeance de Katara vous contera en quelques lignes la transe d’une jeune sorcière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.